Les étapes

L'habitat participatif est une expérience à vivre. Le parcours est passionnant et beaucoup de choses sont à découvrir et à décider. Et son résultat est unique : un voisinage crée par ses habitants.

La réflexion

A/ La raison d'être

C'est le temps de la découverte et de la rencontre. Les personnes intéressées réfléchissent, et s’assurent d’une vision globalement commune de leur rêve d’habitat : nos objectifs communs, nos valeurs, nos limites, la compatibilité avec nos attentes individuelles…

 

B/ L’organisation du groupe 

Comment prendre des décisions, créer les commissions de travail pour se repartir les tâches, la communication, les réunion

 

C/ Réflexion autour du programme

Comment chaque personne imagine son futur logement ? Sa surface, son emplacement, son usage, son architecture? Et quels sont les espaces que vous pourrez partager entre voisins pour avoir des options en plus ? Une salle commune, des chambres d'amis, une buanderie, une  potager ?

 

D/ Montage économique et juridique du projet

Il existe plusieurs types de montages juridiques pour ce type de projets. L'Habitat participatif est une question de nouveaux choix, aussi dans ce domaine très technique.

 

L'aboutissement de cette période de réflexion est la naissance d'un véritable groupe, basé sur l'engagement de chaque participant qui confirme sa volonté de participer au projet.

 

Afin "d'exister" et de gérer les rapports avec des collectivités et des partenaires, le groupe crée une association de type loi 1901 qui marque l'entrée du projet dans l'étape opérationnelle. 

Étude de faisabilité

Sans qu'obligatoirement le groupe soit au complet, il est temps maintenant d'étudier en profondeur tous les aspects qui vont déterminer la réalisation du projet.

 

Période intense et dynamique où les futurs habitants, à travers une organisation rigoureuse et efficace, peuvent transformer leurs envies, leur rêve, en capacité d'agir. Lors de réunions il s'agira de prendre de nouvelles décisions autour des points suivants: 

  • l'organisation collective
  • le projet collectif social
  • l'économie et la gestion du projet

Pour mener à bien cette étape, il est recommandé d'utiliser des outils de gestion de projet, comme une carte mentale. Cette phase sera aussi le moment de vérifier la disponibilité des moyens nécessaires à la réalisation en fonction des choix juridiques et architecturaux. 

Un partenariat avec un opérateur social peut être conclu. Il offre une grande souplesses : le statut juridique (location ou accession) de chaque logement peut être adapté au foyer qui l'occupera. Ainsi, l'habitat participatif sera accessible à tous.

 

Ce temps de la consolidation du groupe est aussi le moment pour intégrer de nouveaux foyers pour attribuer tous les logements.

Programmation et conception

Avant de travailler avec les architectes, les habitants écrivent un cahier des charges qui parlera de leurs logements individuels et aussi des usages collectifs : comment circuler dans l'ensemble, quels sont les rapports entre les logements pour garantir l'intimité de chacun, les espaces partagés, la qualité environnementale...

Ensuite, les futurs habitants travaille directement avec l'architecte. Les études concernent autant l'ensemble du projet, les espaces partagés, et chacun des logements individuels.

Elles se terminent avec le dépôt d'une demande de Permis de construire.

 

Parce qu'un grand nombre d'intervenants extérieurs (architectes, administrations, bureaux d'études...) se présentent, il est impératif que les décisions prise ou à prendre soient claires, rapides et responsables. A ce stade, l'anticipation est de règle afin d'assurer une coordination fluide avec le maître d'oeuvre (architecte, bureau d'étude...).

 

Les expérience montrent qu’il est opportun pour l’ensemble des 3 phases précitées d’envisager l’aide d’un accompagnateur de projet /AMO spécialisé en projet d’habitat participatif.

Construction

Une fois le Permis de construire accordé et purgé des recours et les entreprises choisies, le chantier de construction peut démarrer.

Conduire un chantier est un métier à part entière. C'est pourquoi l'intervention d'un opérateur professionnel est un apport précieux. Ses équipes connaissent les aléas de la construction et ils sauront réagir vite et de façon appropriée. Il saura gérer les aléas du chantier et sécurise ainsi la réalisation des immeubles.

 

Mais rien n'interdit une Maîtrise d'ouvrage "citoyenne" si le groupe dispose bien des compétences nécessaires pour mener le chantier jusqu'au bout. 

 

Dans tous les cas, un autre demain aura été construit. Pour vous et avec vos voisins.

Impressions